jeudi 24 février 2011

9 em MINUTES DU JT DÉJEUNER AVEC SARKOZY

Convié à l’Elysée, Rex Kazadi renvoie l’invitation à Nicolas Sarkozy


Parce que certains ont été frustrés, Nicolas Sarkozy a décidé d'inviter ce mercredi les panélistes 2010 et 2011 de l'émission « Paroles de Français », diffusée sur TF1, à poursuivre la discussion au palais de l'Élysée. Ce ne sont pas moins de vingt Français qui pourront continuer la conversation, dont Rex Kazadi, un associatif de Villiers-le-Bel. Demain, il déjeunera donc avec Nicolas Sarkozy, et entend bien lui faire passer son message. Il demandera au président de la République de « rencontrer les acteurs de terrains » de Villiers-le-Bel, et plus globalement de la banlieue. Il entend aussi le questionner sur ses solutions concrètes pour les quartiers, notamment sur l'emploi, « le problème numéro 1 à Villiers-le-Bel ».
« C'est aussi un appel à un changement radical de politique dans les quartiers, ne pas toujours surfer sur la peur, de parler de ce qui ne va pas ». Le discours de demain midi est prêt pour Rex, encore faudra-t-il au Beauvillésois avoir le temps d'exposer ses revendications au président de la République. « Je viens voir ce que le président nous veut », explique-t-il décontracté, avant d'ajouter « je vais lui dire ce que je pense et ce qu’il se passe ici! » Depuis les émeutes de 2007, Rex Kazadi, père de famille de 33 ans, s'est fait un nom et une place dans les médias, devenant un porte-parole des quartiers. Confronté au quotidien parfois difficile de Villiers-le-Bel, il attend du gouvernement « des solutions aux problèmes » des quartiers sensibles, et cela passe, selon lui, par une rencontre avec les « acteurs de terrain ».


« Il ne nous connaît pas le Président de la République! »

« Je l'invite fortement à venir en banlieue », martèle le fondateur de l'Association Républicaine pour le Progrès Social. « Il ne nous connaît pas le président de la République! s'exclame t-il. Pourquoi ? Parce qu'il ne nous rencontre pas! Il mène une politique sans connaître les populations pour lesquelles il prend un certain nombre de décisions... » conclut-il. Dans les prochains jours le jeune homme originaire de la République Démocratique du Congo, se concentrera sur son projet intitulé « les émeutes électorales », un tour de France des grandes villes pour accoucher de dix propositions pour améliorer la vie des quartiers.

Trois ans après les émeutes à Villiers-le-Bel, est-ce que le retour de Nicolas Sarkozy en banlieue se fera dans cette ville ? Demain midi, Rex Kazadi aura au moins la possibilité de tenter de l’en convaincre.

Rex Kazadi invité à l'Elysée (Villiers-le-Bel) VONEWS

"NICOLAS SARKOZY EST COMPLÈTEMENT DÉCONNECTÉ" (REX KAZADI, PANÉLISTE 2010)

samedi 5 juin 2010



Ils étaient 11, le 25 janvier, choisis par TF 1 pour poser leurs questions en direct à Nicolas Sarkozy. Quatre mois ont passé: ils racontent à L'Express leurs souvenirs, leurs espoirs et leurs déceptions.

Rex Kazadi prend les choses avec moins d'humour. Connu de tous dans "sa" ville, Villiers-le-Bel, des gamins qui glandent au pied des barres aux commerçants, c'est lui qui avait servi de fil rouge à Harry Roselmack pour son émission sur la banlieue. Il a failli réussir à faire venir Nicolas Sarkozy. Tout était prêt pour organiser une rencontre entre le président et des responsables associatifs.
"Quelques semaines après l'émission, j'étais en contact avec Cédric Goubet, chef de cabinet de l'Elysée. Nous avions choisi Grigny, dans l'Essonne, plutôt que Villiers-le-Bel - le procès de jeunes qui avaient tiré sur des policiers devant commencer à la mi-juin. Plus de huit associations étaient partantes. Nous voulions pouvoir aborder tous les sujets, sans tabous. Tous les grands frères étaient à disposition. A l'Elysée, on m'avait dit que cela se ferait peu de temps après les régionales. Elles sont passées et, depuis, plus aucune nouvelle. Vous n'imaginez pas le coup de blues que ça nous a foutu..."
Un peu déçus, mais pas rancuniers
Pour tous, la routine a repris. Une fois les spots éteints, le maquillage ôté, les taxis repartis, les stars d'un jour ont repris leur "vraie vie de vrais Français". Un peu déçus, mais pas rancuniers. Même Elodie Lepont-Jubin, passée à la Moulinette médiatique après l'émission - on l'a accusée à tort d'être militante à l'UMP et proche de François Fillon - se verrait bien participer à la garden-party de l'Elysée, le 14 Juillet, si on l'y invitait. Et plusieurs ont une proposition à faire à TF 1: un an après, organiser un Paroles de Français 2. L'appel est lancé.

mercredi 28 avril 2010

Revu et corrigé du 23 février 2008 - Villiers-le-Bel

Revu et corrigé du 23 février 2008 - Villiers-le-Bel - France5
"Revu et corrigé" se veut le rendez-vous de la libre parole, de la parole donnée et des coups de gueule. Paul Amar revient sur l'actualité qui a marqué la semaine et créé un véritable débat d'idées avec les invités et les téléspectateurs. Une émission d'actu qui met en avant l'interactivité !

Rex KAZADI sur canal +

Il veut réconcilier Sarkozy et les banlieues


AURÉLIE FOULON | 09.04.2010, 07h00

Maintes fois annoncé, le retour de dans les quartiers sensibles est- il imminent? C’est en tout cas ce qu’assure Rex Kazadi, qui avait été sélectionné par TF 1 pour participer, face à Nicolas Sarkozy, à l’émission « Paroles de Français », le 26 janvier dernier. Lors d’une conversation hors antenne, le de la République lui aurait fait part de son souhait de « continuer le dialogue avec les habitants des quartiers que j’ai pu représenter ce soir-là », rapporte le jeune père de famille de Villiers-le-Bel (Val-d’Oise).

Rex Kazadi confie avoir eu l’assurance que « le président répondrait favorablement à une invitation officielle ». Aussitôt, celui qui avait longuement témoigné dans le reportage de Harry Roselmack lors de son « immersion » à Villiers-le-Bel, diffusée sur TF 1, active ses réseaux. « J’ai pris contact avec des associations des différents départements d’Ile-de-, explique-t-il. On sélectionne les gens posés et responsables pour que les choses se passent bien mais on ne choisit pas des béni-oui-oui : on veut organiser une vraie rencontre sans langue de bois. Tout le monde est motivé, il y a un engouement terrible! » Pour représenter la Seine-Saint-Denis, il s’est ainsi adressé à AC-Lefeu. « Nous avons donné un accord de principe », confirme un membre de l’association. Les choses ne sont pas finalisées mais l’invitation est déjà partie à l’Elysée. La rencontre pourrait se dérouler à Grigny (Essonne). « Il y a eu un contact, confirme le cabinet du président. La proposition est à l’étude. » Rex Kazadi promet « un dialogue franc, sincère et amical avec les représentants de plusieurs associations de banlieue dites sensibles ». L’occasion d’aborder différents thèmes parmi lesquelles « police, discrimination, logement, emploi, islam, identité nationale, sécurité et école ». Une rencontre qui « permettra de renouer le dialogue avec les cités de France et de tenir votre promesse de campagne qui a été de revenir en banlieue pour rencontrer tous les citoyens », écrit-il au président.

le parisien

« Agréablement surpris »


A.F. | 27.01.2010, 00h00

Déjà (très) présent dans l’émission d’Harry Roselmack lors de son immersion à Villiers-le-Bel, Rex Kazadi croit savoir que « c’est le qui voulait [le] voir sur le plateau » de TF 1, lundi soir. En tout cas, le jeune père de famille de Villiers-le-Bel a aussitôt accepté et préparé la liste des sujets qu’il souhaitait aborder : , discrimination et identité nationale.

« Je voulais rentrer dans le fond des problèmes mais, deux heures à onze, ce n’est évidemment pas suffisant. J’aurais voulu des réponses précises point par point, j’ai trouvé les réponses globales. » Sur la discrimination à l’emploi par l’exemple, il estime que « a donné son explication, même si je ne suis pas convaincu à 100 % ». « C’est bien beau le CV anonyme, mais, en réalité, qu’est-ce qu’on peut faire pour qu’une entreprise embauche les gens? D’ailleurs, je n’ai pas envie de bosser pour quelqu’un qui ne veut pas de moi. Il faut plutôt que l’Etat soit derrière nous pour nous aider à trouver des financements quand on veut créer son emploi. » Au final, Rex considère toutefois avoir « été entendu ». « Je suis extrêmement satisfait de l’échange », assure-t-il, ravi que le débat ne se « soit pas focalisé sur la sécurité ». « Il faut passer à autre chose et s’occuper aussi de ceux qui construisent et qui créent. Pas seulement de ceux qui foutent la m… » A l’issue de l’émission, Rex, qui revendique « un cœur ni à gauche ni à droite mais avec la France d’en bas », se dit « agréablement surpris ». « Mais ce n’est pas parce que je lui ai parlé dix minutes que je suis devenu sarkozyste! »

Le Parisien


REX ET LE PRESIDENT


Depuis son passage à l’émission Paroles de français, sur TF1, le 25 janvier, il croule sous les messages de félicitations. Rex Kazadi, 32 ans, originaire de RD Congo, était l’un des onze Français sélectionnés pour interroger en direct Nicolas Sarkozy. Ce père de cinq enfants, infographiste à Villiers-le-Bel (au nord de Paris), a interpellé le président sur les problèmes des banlieues.

Rex avait été repéré par TF1 après avoir participé à un reportage sur les quartiers difficiles présenté par Harry Roselmack et diffusé en novembre dernier. « Quand la chaîne m’a contacté pour cette nouvelle émission, j’ai surtout eu le trac. J’avais envie de bien faire et de donner une meilleure image de la banlieue, à mille lieues de la caricature qu’en font les médias », raconte-t-il.

Avant le début de l’enregistrement, le président est venu saluer chaque intervenant en coulisses. « Il était souriant, sympathique, poursuit Rex. Il nous a demandé si on avait le trac et a pris le temps de saluer les amis qui nous accompagnaient. Du coup, je me suis senti à l’aise. » Alors que certains journalistes se sont offusqués qu’il soit le seul homme – avec Samir Abbas, professeur dans un lycée professionnel – que Sarkozy ait appelé par son prénom, lui y a plutôt vu une forme de décontraction. « J’ai été le premier à le rencontrer, dans la loge, et il m’a d’emblée appelé Rex. Ça ne m’a pas dérangé. »

Originaire de Kinshasa, Rex est arrivé en France à l’âge de 9 ans pour rejoindre son père, étudiant en droit. La discrimination, il en a souffert et en est témoin tous les jours. « On ne peut pas comprendre la banlieue, le chômage, la violence ou les problèmes de logement si on ne mesure pas la discrimination dont les gens sont victimes. Quand j’ai interpellé le président sur ce point, j’ai senti qu’il était sincère et vraiment révolté par cette injustice. »

Pour autant, la manière dont est mené le débat sur l’identité nationale le met mal à l’aise. Pleinement français et pleinement congolais, Rex se sent riche de cette double culture et ne veut pas avoir à choisir ou à se justifier. « Mes deux pays sont comme mes deux parents. Je les aime autant chacun et leur suis fidèle à tous les deux. » Imprégné de culture anglo-saxonne, il se dit fasciné par le modèle américain, où les Noirs sont « des citoyens à part entière tout en étant attachés au continent africain ».

Bien sûr, l’émission l’a laissé un peu sur sa faim et il n’a pas pu poser toutes les questions qu’il aurait souhaité. « En une heure et demie et en direct, il est difficile d’établir un vrai dialogue. Mais je suis content de mon intervention. J’ai fait entendre la voix de la France d’en bas. »


http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2560p020.xml0/rex-et-le-president.html

KAZADI REX REPOND A ERIC ZEMMOUR


KAZADI REX REPOND A ERIC ZEMMOUR
envoyé par GOODJREX. - L'info internationale vidéo.

REX KAZADI APRES SA RENCONTRE AVEC NICOLAS SARKOSY..


REX KAZADI APRES SA RENCONTRE AVEC NICOLAS SARKOSY PART1!!!!
envoyé par GHETTOYOUTHNITED. - L'info internationale vidéo.

NICOLAS SARKOZY PARLE A REX KAZADI


NICOLAS SARKOZY PARLE A REX KAZADI
envoyé par GOODJREX. - L'info video en direct.

Harry Roselmack derrière les murs de la cité

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo